Rêve d’un hommage d’hiver

Froid, agitation, tempête. Votre train se retrouve arrêté dans la nuit au milieu de nulle part. Commence alors une rêverie qui passe de la tragédie du violon rouge à des ritournelles d’enfant, bercée par le mouvement du convoi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.